monoeilsurlart

Au rendez-vous des estampes japonaises...

C’est sans doute la plus fantastique des ventes d’estampes d’Extrème-Orient organisées depuis des lustres dans le monde. En tout cas, c’est certain,  l’une des plus belles qui aient jamais eu lieu ( avec les dispersions de novembre 2002 et 2003 provenant, déjà de la collection d’Huguette Berès ). L’ensemble qui sera mis en vente à Drout-Montaigne à Paris du 17 au 19 septembre 2010 par Pierre Bergé et Associés provient d’abord de la collection personnelle de la grande marchande d’art que fut à partir de 1952, quai Voltaire, Huguette Berès, de la Galerie Berès proprement dite et d’une collection privée européenne.

 

Cette vente extraordinaire a pour titre général un mot japonais et une formule : «  UKIYO-E, les images du monde flottant » Peintures, estampes, livres et dessins de la Chine et du Japon. «  Le terme japonais Ukiyo-e, est-il utilement expliqué dans le premier des quatre volumes du prestigieux catalogue de la vente, ce terme, a été utilisé durant l’ère Edo ( 1603-1868 )  pour désigner un nouveau genre d’art graphique comprenant aussi bien la peinture populaire et narrative que les estampes japonaises gravées sur des bois ».  Au Japon, « la période rime avec paix, expansion démographique et prospérité qui se traduisent par l’émergence d’une bourgeoisie urbaine et marchande et par un changement des styles artistiques. » Ainsi, l’estampe Ukiyo-e dont les thèmes « correspondent aux centres d’intérêt de la bourgeoise : les jolies femmes et les courtisanes célèbres, le théâtre kabuki et les lutteurs de sumo, la nature et les paysages, les lieux célèbres, le fantastique », est « un art à la portée de tous car elle peut être reproduite en grande série ».

 

Cet art,  rappelle le catalogue, « connaitra à la fin du XIXème siècle un grand succès en Occident et surtout en France lors de l’Exposition universelle de 1867 à Paris.  Ces images vont devenir une source d’inspiration pour les artistes comme Monet, Manet, Degas, Van Gogh, Renoir, Picasso, Gauguin, Klimt et les Nabis ( Vuillard, Bonnard… ). On parlera alors de « japonisme ».  Des collections d’estampes se constituent alors, comme celles de Samuel Bing, Isaac de Camondo ( léguée au Louvre ), Louis Gonse, Raymond Koechlin, Henri Vever…

 

Kunisada Utagawa,  Hokusai Katsushika, Hiroshige Ando… Citer ces trois noms suffit pour faire surgir ces images enchanteresses. Elles sont là, à votre disposition, à la portée de vos moyens si vous êtes passionné. Pour quelques centaines d’euros des chefs d’œuvre sont accessibles. D’autres, coûtent évidemment beaucoup, beaucoup plus cher. Mais pour se persuader de l’importance et de la qualité de cet art dans l’histoire universelle de l’image, il suffit de se procurer les quatre catalogues de la vente. Ils représentent une somme rarissime d’images irremplaçables. Ils sont, à eux seuls, un magnifique témoignage sur l’Ukiyo-e….



28/08/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres