monoeilsurlart

Au royaume des jouets ( 2000 )

Au royaume des jouets les enfants ne sont pas seuls...
 
L'histoire commence dans une grange. Un jour, un paysan habitant près de Chartres récupère parmi divers objets en piteux état, un petite automobile en tôle laquée et partiellement rouillée. Il la nettoie, la lustre un peu et l'apporte chez Me Jean-Pierre Lelièvre, commissaire-priseur Place du Général de Gaulle, dont il a lu dans le journal qu'il s'intéresse aux jouets anciens. Me Lelièvre voit l'objet: une limousine créée dans les années 1900 par la maison allemande Märklin , connue pour être la Rolls Royce du jouet. Le modèle, Me Lelièvre le connaît bien, il a vendu le même, en meilleur état, voilà 20 ans, pour 100 000 francs. " Je peux vous en tirer de 8 à 10 000 francs" explique-t-il au paysan qu'il ne veut pas décevoir. Celui-ci  n'en espère pas tant et  lui donne carte blanche.  Avisé, le commissaire-priseur inscrit l'objet au catalogue et le met à prix à 15 000 francs. Il l'adjuge 180 000 francs...Le paysan n'en est pas encore revenu.
 
          Tout un étage pour les jouets
 
Certains jouets anciens atteignent par les temps qui courent des prix astronomiques. Il y a en France, en Allemagne, en Suisse, au Japon, aux États Unis des passionnés prêts à payer des fortunes pour telle locomotive, tel wagon, tel bateau, telle machine à vapeur...Un Américain richissime, vivant en Suisse, avait consacré tout le second étage de sa vaste villa à sa collection. Vendue en 1980 celle-ci qui avait à peine tenu dans un semi-remorque avait obtenu un million de francs. "Elle ferait 3 millions aujourd'hui " estime Me Lelièvre.
Fils de commissaire-priseur, Jean Pierre Lelièvre a commencé à vendre des jouets en 1972. C'était une succession. Deux ventes pour 200 lots, des poupées, des chemins de fer, des jouets mécaniques. Les prix étaient très raisonnables même si le marché s'est tout de suite fait connaître avant d'exploser dans les années 80. Du coup Me Lelièvre est devenu incontournable au royaume des jouets. Chaque année il organise une quinzaine de ventes, 6 à 8 000 objets qui ont fait des heureux bambins voilà des lustres et font des papys ravis aujourd'hui. Quatre catalogues de poupées, deux de petits jouets, trains, autos...deux de petites voitures, deux de trains électriques, c'est le rythme annuel de l'étude. Des jouets de 100 francs à 300 000 ou 400 000 francs. Il y en a pour tout le monde. Mais attention, la nostalgie étant quoiqu'on en dise, toujours plus aiguë et les objets de plus en plus rares, les prix montent. D'autant que des clubs, des revues, des sites internet notamment aux Etats Unis entretiennent la passion et l'avivent. Il y en a pour les filles et pour les garçons.
 
               Bleuette et Bambino  
 
Côté poupées, c'est un bébé Huret, 46 cm, corps en gutta-percha qui a obtenu le meilleur prix ,cette année en mars: 170 000 francs. Un couple de poupées mannequins, habillées en marquise, 48 cm, s'est vendu 120 000 francs. Une Parisienne Jumeau, 60 cm, a été adjugée 34 000 francs et de la même maison un bébé, Émile, 40 cm, 36 000 francs le même prix qu'un bébé mulâtre du même fabricant. Mais c'est, chez Jumeau toujours, le bébé triste, 72 cm,  qui a gagné le gros lot: 94 400 francs. Un bébé SFBJ à tête interchangeable dans un coffret avec trois têtes a trouvé preneur pour 51 000 francs. Un bébé Scmitt, 58cm, a obtenu 80 000 francs. Une Bleuette Unis France est partie pour 4 400 francs; Bambino, pour 5 600 francs et Rosette, de 1955, pour 6 200 francs. Plus récente, Barbie est déjà très prisée. Selon le modèle de sa garde robe; Bubble cut blonde avec son costume Saturday matinée: 5 600 francs; American girl blonde avec dancing doll, bride dream: 2 100 francs. Ponytail blonde vêtue d'open road: 3 600 francs.Un ensemble pour Barbie, modèle Roseraie a atteint 5 400 francs.
Coté trains ( c'était en avril) Märklin fait toujours des résultats. Locomotive Pacific 231: 28 000 francs; wagon générateur, spécial Kraft wagon: 18 500 francs. Une gare centrale Banhoff vers 1910: 54 000 francs. Mais il y a aussi Hornby: un coffret train bleu a obtenu 9 800 francs et une locomotive électrique type 221 Caerphilly Castle: 8 200 francs. Chez Jep une motrice CC 7001 est partie pour 4 400 francs et chez Fulgurex une locomotive 141 P pour 24 000 francs. Produit chez Vébé un wagon transformateurETF a été adjugé 2 200 francs et chez Jouef une locomotive SNCF type 232 R: 1 200 francs.
Côté jouets, un camion de pompier avec grande échelle de marque Schuco, s'est vendu 9 000 francs; un jouet CR la marchande: 8 000 francs; une jardinière de chez Gunthermann : 8 000 francs et un hydravion Jep 10 500 francs. Un camion Lévitan de chez Latil a pris la route pour 18 500 francs.
Il y aussi ces jouets qui n'en sont pas vraiment mais qui ont toujours fait rêver grands et petits: les automates. Un buisson d'oiseaux chanteurs s'est vendu en mai 53 000 francs et un escamoteur Lambert: 58 000 francs.
Ce marché du jouet de collection est très fractionné. A Chartres les prochaines ventes sont très spécialisées. Dinky Toys, le 19 novembre. Jouets de filles et Bleuettes, le 9 décembre. Chemins de fer, le 14 janvier. Automobiles 1/43e, le 20 janvier.
                             
 
Encadré
 
Du bébé Jumeau à la poupée Barbie
 
L'univers de la poupée et du poupon a connu ses heures de gloire en France au milieu du XIX ème siècle. Les plus célèbres fabricants portaient alors les noms de Jumeau (qui a produit à Paris dans le 3ème arrondissement de 1845 à 1899); Huret, de 1851 à 1920; Steiner, de 1855 à 1891; Denamur, de 1857 à 1898; Rohmer de 1857 à 1880, Gaultier, de 1861 à 1916; Schmitt de 1863 à 1891; Rabery et Delphieu de 1856 à 1898; Bru , de 1866 à 1899, Thuillier, de 1874 à 1899. La SFBJ, la société française de fabrication de bébés et jouets, a pris ensuite la relève. Bleuette, quant à elle, avec son frère Bambino, a enchanté de très nombreuses  générations. Elle est née en 1905 dans l'entourage de l'hebdomadaire La semaine de Suzette. Chaque nouvelle abonnée en recevait une en cadeau. Le journal expliquait aux petites filles comment confectionner sa garde-robe.Elle a vécu jusque dans les années 70 avant que Barbie, sa cousine délurée d'outre Atlantique, née en 1959, prenne sa place dans la chambre des fillettes.
 

Publié dans Le Figaro  ( 2000 )


02/10/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres