monoeilsurlart

* Cette "Force de l'Art" n° 2

Cette "Force de l'Art" n° 2...


Voilà 3 ans Le Premier ministre de l'époque, Dominique de Villepin, avait eu l'excellente initiative d'une exposition triennale mettant en valeur les créateurs français. La première exposition s'était déroulée au Grand Palais tout fraîchement réhabilité et cela avait été un succès. La deuxième triennale, ouverte dans les mêmes lieux se termine aujourd'hui. Et j'ai envie, en guise d'épitaphe, de dire ce que j'en ai pensé. En 2006, 15 critiques ou commissaires avaient choisi de montrer plus de 200 artistes comme Ronan Barrot, Pierre Bismuth, Christian Boltanski, François Curlet, Stephen Dean, Gloria Friedmann, Antonio Gallego, Michel Gondry, Pierre Huyghe, Bertrand Lavier, Annette Messager, François Morellet, Jean-Luc Moulène, Philippe Parreno, Paul Rebeyrolle, Claude Rutault, Jean-Michel Sanejouand, Alain Séchas, Pierre Soulages, Hervé Télémaque, Djamel Tatah, Xavier Veilhan... et bien d'autres. Cette année 3 commissaires seulement , Jean-Louis Froment, Jean-Yves Jouannais, Didier Ottinger, navigateurs hors pair dans canaux aux abords touffus de l'"art contemporain sous label" n'ont choisi qu'une trentaine d'artistes. Ce sont tous des membres hyperactifs du réseau copur-chic des "bonnes" galeries. En voici la liste: Boris Achour, Kader Attia ,Véronique Aubouy , Fayçal Baghriche , Gilles Barbier , Olivier Bardin , Dominique Blais , Michel Blazy , Xavier Boussiron et Arnaud Labelle-Rojoux , Alain Bublex , Butz&Fouque , Stéphane Calais , Mircea Cantor , James Coleman , Pascal Convert , Damien Deroubaix , Dewar&Gicquel , Nicolas Fenouillat , Jean-Baptiste Ganne , Fabien Giraud et Raphaël Siboni , Grout/Mazéas , Fabrice Hyber , Le Gentil Garçon (Amouroux), Guillaume Leblon , Frédérique Loutz , Stéphane Magnin , Didier Marcel , Philippe Mayaux , Anita Molinero , Bruno Peinado , Philippe Perrot , Julien Prévieux , Cannelle Tanc et Frédéric Vincent , Fabien Verschaere , Wang Du , Virginie Yassef. ( Conservez cette énumération, c'est une clef d'entrée dans les mystères des achats d'art par les institutions ). Et voilà que ces trente artistes ont voulu jouer le jeu de la belle pièce impressionnante par la taille, de l'installation occupant du m2, de la visibilité de loin... Et dans ce combat de coqs à mon avis la pertinence y perd beaucoup. Autant certains des artistes ont convaincu lorsqu'ils révélaient leur humour, leur astuce, leur créativité... en exposant des oeuvres à taille plus raisonnable, autant là, a-on-l'impression qu'ils s'épuisent dans 1) l'unicité de l'oeuvre exposée, 2) dans l'étirement de la forme et la surexposition du concept. Aussi que donne-t-on à voir ? Une trentaine de pièces éprouvantes mal expliquées sinon par des cartouches amphigouriques et d'un effet bien peu rassurant pour l'habitué, pire encore pour le novice. Là où La Force de l'Art 1 se voulait une sorte de Whitney parisien ( un musée montrant la création nationale - nationale par le sol s'entend ) La Force de l'Art 2 n'est que la démonstration" to the happy few" de grains de riz ou de maïs soufflés. Des choix non justifiés, rétrécis, trop ciblés... Pas de quoi démontrer la force de l'art en France en 2009. Dommage.



14/09/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres