monoeilsurlart

Drouot-Montaigne : Le verre dans tous ses éclats.


 

Le marché de l'art fait, de longue date, une place à part aux arts du feu : la céramique, le verre. Mais il traite ces sujets en établissant des distinctions particulièrement rigides. Ainsi, autant il privilégie les belles pièces de verre ancien, les centenaires, les vases de Gallé, de Daum, de Lalique… ( qui d'ailleurs sont loin d'être actuellement au plus haut et devraient dans le moyen terme s'apprécier fortement comme ce fut la cas voilà une trentaine d'années ), autant il semble mépriser le verre contemporain pourtant très créatif. « Pourquoi continuer à taire l'injuste reconnaissance de la discipline du Verre contemporain au sein du Marché de l'Art ? » demande Alexandre Millon en préface au catalogue de la vente du 25 novembre 2010 à Drouot-Montaigne, par l'entremise de la maison « Millon & Associés ».



« Pourquoi la céramique, le plastique, la résine, le diasec, le bronze ont-ils droit de cité dans les catalogues d'Art Contemporain, et pas, ou si peu, le Verre ? Trop décoratif ? Trop inexpressif ? Trop pur ? Trop jeune ?  Faux et il faut donc ne plus le taire. Tous les paramètres sont réunis, là, sous nos yeux, pour que le Marché tout puissant se penche sur ces créateurs qu'il ne peut avoir engendré malgré lui ! » poursuit-il.


 

« Et je le prouve !!! » pourrait-il ajouter en mettant en évidence ce catalogue et cette vente. Celle-ci organisée avec l'appui et sous le regard d'une des meilleures spécialistes, Janine Bloch-Dermant, historienne d'art, expert,  s'articule autour du grand maître du genre, Yan Zoritchak, né en 1944, en Slovaquie, fixé depuis 1969 en France, de ses « Compagnons », des verriers de l'école slovaques et tchèque qui l'a formé et de ses références historiques : Gallé, Daum, Loetz Witwe, André Thuret. Un panorama fabuleusement coloré, éclatant de vivacité, d'invention…

 

Il faut savoir que le verre contemporain est encore très abordable : les estimations hautes culminent à 12 000 €. Elles figurent le plus souvent autour de 2000, 3000, 5000 €. Ce qui est tout à fait raisonnable ( et même sous coté il faut bien le reconnaître ) pour des œuvres uniques, façonnées par un artiste, signées. Des œuvres inspirées que la lumière du soleil ou les spots électriques animent, individualisent, font vibrer.  

 

Lors de la vente du 25 novembre sont proposées des sculptures des Leperlier, de Bernard Dejonghe, de Raymond Martinez, de Thierry Baudry, de Marisa et Alain Begou, d'Allain Guillot, Pavel Molnar etc. Et surtout des œuvres de Yann Zoritchak : Météores, Astéroïdes, Éclipses… L'une de ses séries s'intitule « Fenêtre sur la vie ». Tout un programme pour un art particulièrement vivant. Et qui mérite de s'épanouir.


JB



15/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres