monoeilsurlart

En passant par la FIAC. ( revu et corrigé )

 

 

 

 

D.O.A.XL. 2010, 2012 de Daniel Richter Galerie Thaddéus Ropac Paris Salzbourg 

 

 

 

La Fiac, au Grand Palais et extra-muros, est d’évidence pour le domaine de l’art l’événement du mois…  Cette année cette foire est très alléchante, comme si dans une période où l’argent est un souci majeur pour les uns et les autres et surtout pour ceux qui en ont, il fallait faire de beaux efforts pour attirer les collectionneurs d’art. Les galeristes et les marchands ont fait très fort je trouve. Et la Fiac donne une impression de bel accomplissement. Ces amateurs, un peu plus fortunés que la moyenne des citoyens, ont été réconfortés sans doute par l’annonce d’une mesure fiscale juste avant la Foire d’art contemporain. 

 

 

Cette mesure est agréable aux oreilles et au portefeuille des collectionneurs . Elle consiste à continuer d' exonérer de l’impôt sur la fortune (ISF) les oeuvres d’art. Elle n’est pas franchement socialiste. Mais, soufflée par le ministre du budget de l’époque, grand initiateur de l’impôt sur les grandes fortunes, Laurent Fabius, elle a déjà été validée par François Mitterrand en août 1981, référence sacrée,   et reprise  depuis. François Hollande ne pouvait pas y couper quelles qu’en soient les envies de certains des plus tempétueux de ses soutiens,  au gouvernement, ou dans les assemblées parlementaires, sans parler des militants…

Peste !  ont dit certains. Ouf ! ont crié les autres.

 

Bref, au Grand Palais, c’est la fête de l’art contemporain. Je ne citerai pas tous mes coups de cœur. Il y  a trop d’oeuvres de super grande qualité. J’en évoquerai quand même quelques uns,  comme ces Twombly de 1962 et de 1982, chez Karsten Greve,  ces petits Dali, années 30, chez Marcel Fleiss dans le stand de la Galerie 1900-2000 ; les "Tours" et les "Favellas" de Manessier qui gagnent vraiment à être vues en vrai, comme toute oeuvre d'art et non en photo...

 

Coups de cœur aussi pour cet artiste né en 1959, donc ni très vieux, ni très jeune, et que j’ignorais : l’Autrichjen Otto Zitko que montre Anne de Villepoix. Ses graffitis immenses couvrent comme d’un seul trait qui s’enroule sur lui même une pièce entière.  Des toiles placées sur le mur en prennent l’échantillon qui les recoupe… Dans la même galerie, deux sympathiques  toiles de Joyce Pensato.  J ‘ai bien aimé aussi le travail de cet américain très radical et très subtil, de la galerie Greene Naftali  de New York, Gedi Sibony, né en 1973.

 

 

 

 

 

 

 

  (PHOTO Claude Fain )

 

Je citerai aussi Betty Tompkins, gonflée et classique ( galerie Rodolphe Janssen, Bruxelles), Bernard Frize, Claude Closky, Valérie Favre, Claude Lévesque, Stéphane Pen’créach, Daniel Richter ( Galerie  Thaddaeus Ropac, Paris-Salzbourg… Voir l'image ci-dessus Courtesy de la Galerie ),  Lee Ufan... Ah oui, et bien sûr cette oeuvre d'Anish Kapoor, presque imperceptible sur le mur blanc  de la galerie Kammel Mennour, que j'avais oublié de signaler ici et que je rajoute après avoir lu le blog de Judith Benhamou ( http://blogs.lesechos.fr/judith-benhamou-huet/la-fiac-suite-et-denouement-l-oeuvre-invisible-a11888.html )

 

 

En marge de la FIAC,  la foire  "Art Élysées" ( de Joel Garcia, présidée par Baudoin Lebon) présente un bon choix de galeries,  françaises pour l’essentiel. J’ai particuli§rement remarqué la Galerie Minimasterpieces, ( rue des Saints-Pères, n°16) dirigée par Esther de Beaucé. Elle montre et commercialise de superbes  bijoux d’artistes de haut prestige comme Bernar Venet, François Morellet, Sophia Vari, Villeglé, Frank Stella, Jean-Pierre Raynaud…

 

Passant par la foire d’art contemporain "Cutlog", installée dans l’étonnante Bourse du Commerce  ( près de Saint-Eustache ), j’ai trouvé très intéressant le travail de Clémence de La Tour du Pin, présenté par l’Atelier ( Kunst Spiel ) de Berlin, dirigé par Stefania Angelini.

 

 

JB



21/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres