monoeilsurlart

Freud: Onfray en prend pour son grade...

Des articles que j'ai lus jusque là sur le pamphlet bouffi de Michel Onfray, les deux les plus justes et définitifs étaient publiés par Le Monde daté du 8 mai. Deux articles, l'un signé par un grand psychanalyste et écrivain, Daniel Sibony; l'autre par un philosophe, l'un des plus célèbres de France,, Alain Badiou. Avec les 600 pages de son " Crépuscule d'une idole. L'affabulation freudienne" édité par Grasset, le philosophe populaire comptait river son clou à la psychanalyse et museler toutes les réactions. N'avait-il pas déniché des preuves formelles de l'inanité de la révolution freudienne ? Quoi, vous ne le saviez pas ? Freud avait pris parti pour le chancelier Dollfuss, il avait dédicacé un de ses livres à Mussolini en 1933... Il avait oeuvré auprès de l'Institut Goering pour que les Nazis n'interdisent pas la psychanalyse, Waouw !!! À ces griefs " qui tiennent dans le creux de la main " comme il dit, Daniel Sibony répond de façon claire et simple. Je résume: Freud croyait que l'Église catholique serait, en Autriche, un rempart suffisant contre l'hitlériisme; Mussolini n'était pas un partisan de l'extermination des Juifs pas plus que de l'entrée d'Hitler à Vienne avant 1937... Bref, rien de tout cela n'en fait un "sale type". " Et si c'était un sale type ? , ajoute Daniel Sibony pour le challenge, Eh bien, "on serait alors devant une épreuve banale, fréquente et dure à supporter: le même homme peut faire des vilenies et créeer des choses sublimes". Freud, explique t-il " était un homme supérieurement intelligent qui a eu la chance de tomber sur "un truc génial". Mais de Freud, ceux qui ont bénéficié de son apport, "il s'en foutent". assène Daniel Sibony qui raisonne aussi plus finement: " La psychanalyse, si elle est bien faite, par des gens doués et généreux, aide le sujet à devenir un penseur de sa vie, à la penser en acte et non en appliquant tel ou tel philosophe, fût-il fameux". Alain Badiou, ( dont la pensée abrupte -et d'un pro-communisme aveugle et désolant - m'est le plus souvent étrangère ), réprouve lui aussi, et de façon fort efficace la théorie d'Onfray. Le XIXème siècle, selon lui, a produit trois " constructions inetllectuelles", clles de Darwin, celle de Marx, celle de Freud. " À partir de Darwin, le mouvement de la vie et l'existence de l'espèce humaine, irréversiblement séparés de toute transcendance religieuse, sont rendus à l'immanence de leurs lois propres. À partir de Marx, l'histoire des groupes humains est soustraite à l'opacité de la providence comme à la toute puissance des inerties oppressives que sont la propriété privée, la famille et l'État". Quant à Freud, à partir de lui, "on comprend qu'il n'y a pas d'âme, dont la formation serait toujours moralisante, d'avoir à s'opposer aux désirs primordiaux où l'enfance se passe à faire advenir ce qu'on sera"... Or ces avancées de la pensée et de l'action se heurtent constamment au discours d'opposants plus ou moins inspirés, toujours réactionnaires. " Et Alain Badiou de décréter: " Nous appellerons don "obscurantisme contemporain" toutes les formes sans exception de mise à mal et d'éradication de la puissance contenue, pour le bénéfice de l'humanité toute Darwin, Marx et Freud". Une bonne gauche, une bonne droite, et vlan, et vlan, voilà Onfray au tapis.


09/05/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres