monoeilsurlart

La commode, best-seller toutes époques ( 2000 )

La commode: un best-seller qui a traversé les époques







C'est un des meubles les plus courus. Une vedette omniprésente des ventes aux enchères du meilleur aloi. Dix commodes ont ainsi été adjugées en une seule vacation par Mes Beaussant-Lefevre le 9 février à Drouot; trois par Piasa, le même jour. Un douzaine chez Me Jean-Claude Anaf à Lyon le 4 février. Remontons encore le calendrier:  trois par Me Briest le 20 décembre; vingt par Piasa à la même date et, le 18 décembre, huit autres par Mes Beaussant-Lefèvre... A ce niveau, et dans ce contexte, c'est, on s'en douterait, la fine fleur du XVIII ème siècle qui est ainsi mise à l'encan. Au total pour l'année 2000 près de 1000 commodes  sont passées aux enchères. De 4000, 16 000 ou 120 000 francs à plusieurs centaines de mille francs.  Un peu à tous les prix en réalité, selon l'époque, le style, la qualité, le goût du temps...



La crème, c'est l'époque Louis XV, ou Louis XVI, le XVIII ème siècle. Siècle des Lumières, et des records,  pour les commodes aussi.  Moins prisés ( mais on peut atteindre de forts beaux niveaux malgré tout ) l'Empire, la Restauration. Méprisé ou presque, moins prisé en tous cas et de cote plus modeste, le XIX ème ( seconde moitié) . En flèche, de manière inouïe, le XX ème et surtout l'Art Déco. Après le Tefaf, la grande foire d'art de Maastricht du 10 au 18 mars, et avant le salon de Mars de Genève du 31 mars au 8 avril, le 4 ème Pavillon des Antiquaires et des Beaux Arts organisé cette année du 24 mars au 1 er avril au coeur du jardin des Tuileries dans le prolongement du Grand Louvre, sera un fabuleux écrin pour quelques pièces maîtresses.  Du XVIII ème chez Perrin et fils, Camille Bürgi (qui présente une superbe commode Ier Empire), Gérald de Montleau..; du XX ème chez Yves Gastou, Patrick Seguin, Eric Philippe, Philippe Jousse, Alexandre Biaggi...







Des meubles de légende







Parmi les nombreuses dernières commodes vendue à Drouot ces derniers mois ne figurent à dire vrai qu' à titre exceptionnel de très  rares et magnifiques pièces  au sommet desquelles trône  la désormais légendaire et incontournable commode à double ressaut de Jean-François Leleu ( reçu maître en 1764). Celle-ci, en placage de bois tabac teinté vert, bois de rose et bois indigène, avait été commandée par le Marquis de Brunoy vers 1766, plus tard elle avait appartenu au Comte de Provence, futur Louis XVIII. Vendue lors des ventes révolutionnaires du château de Brunoy en juin 1794 au marchand Bertholigny, elle avait été cédée ensuite à Jean-Baptiste Nicaud, ancien maire de Limoges, et était conservée par ses descendants, jusqu'à sa vente, le 20 décembre 2000, par Piasa. Une somme fabuleuse: 22 152 800 francs. Le plus haut prix jamais obtenu pour une commode vendue en France. Et encore largement en retrait par rapport aux quatre meubles français les plus chers du monde vendus chez Christie's le 8 juillet et le 11 décembre 1999. 70 415 000 francs pour la commode dessinée par Riesener pour la bibliothèque du roi Louis XVI ( vente Rothschild-Londres ); 42 212 500 francs pour la commode de Carlin et Weisweiler; 41 812 500 francs pour la commode Leleu, 38 512 500 francs pour l'ensemble commode-secrétaire-encoignures de Riesener. Ces trois derniers lots dispersés lors de la vente Akram Ojjeh à Monaco.







Comme un livre d'histoire







Mais il ne faut pas se laisse obnubiler par de telles perles qui donnent à les contempler et à en réver le vertige. La commode, née au XVII ème siècle dans cette appellation s'est imposée depuis lors et s'est maintenue contre vents et marées. De fait la commode est un compromis pratique entre le coffre, le bahut moyenâgeux et le cabinet à tiroirs. Son évolution a été permanente. Et son apparence se lit comme un livre d'histoire. Le meuble respire l'air du temps. La commode Louis XIV, à trois ou quatre tiroirs,  est droite: pieds, montants, façade. Une plaque de marbre la coiffe. Boulle, le grand ébéniste, la marquette de cuivre et d'écaille. La Régence galbe les formes. Elle devient " tombeau ". Se ventre. S'enrichit de bronzes dorés aux angles et aux pieds. Sous Louis XV d'autres variations interviennent. Deux tiroirs seulement, alors les pieds peuvent s'élancer, chez Cressent par exemple. La forme s'affine. Légère d'apparence, elle devient " sauteuse " ou petite, " chiffonnière ". Les motifs de marqueterie suivent la mode. Sous Louis XVI, la rigueur s'impose avec un retour à la ligne droite. Les pieds sont cannelés. L'Empire fait peser sur la commode l'emprise du style napoléonien: ses colonnes, ses bronzes et ses cariatides. Sous Charles X, les essences blondes de la loupe d'orme, de tilleul ou de citronnier aèrent une architecture un peu massive. Sous Louis Philippe, la commode s'embourgeoise, s'enrichit en se parant de bois exotiques. Avec l'empereur Napoléon III, le pastiche est roi. Les modèles les plus appréciés du XVIII ème siècle sont interprétés, souvent avec finesse , par les artisans. Même si l'originalité de l'époque se retrouve dans les commodes en bois laqué noir parfois rehaussés d'incrustations de nacres et de bronze. Le XIX ème siècle est aussi celui où se développent dans les régions des modèles plus rustiques et moins chargés de bronzes décoratifs, sans dessus de marbre: bordelaise, nantaise, provençale...Des déclinaisons souvent pleines de charme. Comme peuvent l'être aussi les commodes scriban, de bateau, demi-lune, arbalète, bibliothèque...Autant de fantaisies. On arrive  assez vite ainsi au XX ème siècle et aux inventions imaginatives des décorateurs de l'Art Nouveau et de l'Art Déco. On trouvera une bonne description de ces meubles dans le Dictionnaire des Antiquités, publié chez Larousse sous la direction de Jean Bedel et on glanera les variations les plus subtiles françaises et internationales dans " Le mobilier du XVIII ème siècle à l'Art Déco ", publié chez Evergreen-Taschen. On y découvrira par exemple avec ravissement la richesse du style rocaille italien; génois, lombard , les incroyables commodes vénitiennes laquées et dorées, ou polychromes romaines...







Ne pas être myope







C'est toujours un bonheur de relire "Les Collectionneurs" de Me Maurice Rheims. Cet académicien qui fut avant de se retirer des affaires un des très grands commissaires-priseurs français, esthète rompu à la fréquentation de tous les chefs d'oeuvres, est un des rares qui pouvait, en 1980, se permettre des libertés avec le goût exclusif pour les meubles sublimes et précieux venus d'un passé lointain. "Il est hors de doute qu'aujourd'hui notre mal principal est l'anticomanie, écrivait-il alors. On ne conçoit guère de se meubler autrement qu'en ancien parce que, prétend-on, de style contemporain, il n'en existe pas. Erreur. Nous sommes simplement un peu trop rapprochés de notre temps, trop myopes pour bien en voir les beautés et les singularités. Le style on le trouve chez quelques décorateurs, chez Knoll, chez Pierre Cardin ou tout simplement dans des magasins comme "Habitat" qui offrent souvent pour quelques centaines de francs des meubles simples en bois naturel aux lignes épurées et qui un jour seront considérés comme typiquement 1980. Alors on les recherchera. " C'était prophétique. Le 28 juin 1999, sous le marteau de  Mes Chayette et Cheval, à Drouot, une commode de modèle Palmer à deux rangs de tiroirs en frêne teinté de 1988 par Jean-Michel Wilmotte était adjugée 4 000 francs.  Une commode en forme de chat, "Chat blanc" de Thierry Wagner, de 1995, était vendue 8 300 francs par Me Charbonneaux, le 20 octobre 1996 à Drouot. Et un meuble de Marco de Gueltzl de 1991, en bois doré à la feuille partait pour 116 000 francs lors de la vente menée par Me Bernaghi le 25 juin 1998 à Drouot.  Mes Perrin-Royère-Lajeunesse-Vergez-Honta à Versailles ont obtenu l'an passé 25 000 francs d'une commode en aluminium de Garouste et Bonetti; 26 000 francs d'une commode en bois amarante sculpté de Benjamin Pagart...







Dans l'étude qu'elle a écrite pour "Le marché de l'art 2001" de l'Oeil, Françoise de Perthuis raconte comme un roman l'évolution du prix d'une commode Art-Déco d'André Arbus (1903-1969). " Une commode basse gainée de parchemin obtient 124 000 francs le 26 juin 1997 ( étude Millon-Robert). Deux ans plus tard, le 25 novembre 1999 ( étude Millon-Robert ), un modèle identique s'enlève à 345 000 francs. Le 7 mai 2000, il culmine à 553 820 francs ( étude Renoud-Grappin-Besançon ). Le 26 juin de la même année le cap du million est franchi pour une commode Art Déco: 1 107 000 francs pour une commode gainée de parchemin, enrichie cette fois de portes en écaille de tortue. Ce fut un des succès de l'année de l'étude Gros-Delettrez.



Lors de la vente Arts décoratifs du XXème siècle, le 22 novembre 1999, Me Jacques Tajan avait obtenu  2 660 000 francs pour une commode a corps quadrangulaire de Paul Dupré-Lafon (1900-1971) que l'on a surnommé " le décorateur des millionnaires". Ce meuble gaine d'origine de cuir rouge foncé, s'ouvre au centre, en haut, par un tiroir à abattant, monté sur glissière et dégageant une écritoire à petits casiers ouverts et tiroirs en ébène. Il était estimé de 600 à 800 000 francs. Mais sa qualité a entraîné la surenchère. Le même jour était vendue une commode de Emile-Jacques Ruhlmann ( 1879-1933 ). Ce meuble, du modèle Redhead, était réalisé en loupe d'amboine sur bâti de chêne à corps quadrangulaire galbé en façade et sur les côtés. Estimé de 600 à 800 000 francs il a obtenu 550 000 francs.







A des niveaux moindres, mais il faut prévoir de fortes appréciations dans les années à venir, se situe Jansen. Le 23 novembre 1998 une commode à deux tiroirs en acajou laqué noir, plateau de marbre, vers 1940, était adjugée 31 000 francs par Me Kohn à Drouot et une autre à tablier en acajou méché noir  38 500 francs. Les prix montent vite. Chez Me Catherine Charbonneaux, une commode galbée recouverte de parchemin ouvrant à deux portes et trois tiroirs , les pieds décorés de sabots dorés, les poignées transparente, estimée de 20 à 25 000 francs avait été adjugée 50 000 francs le 15 octobre 1990. Le même jour un meuble d'appui  recouvert de cuir patiné attribué à Max Ingrand, n'avait fait que 9 000 francs. Le 29 janvier de la même année, un autre meuble d'appui exceptionnel avec deux portes en parchemin , intérieur en sycomore clair, signé Jean Michel Frank et Chanaux , estimé de 80 à 100 000 francs avait atteint 310 000 francs sous le marteau de Me Charbonneaux.



Le 5 décembre à l'Hôtel d'Evreux, Place Vendôme à Paris le cabinet d'expertise Camard avait organisé la vente sous le marteau de Me Le Mouel une vente de prestige Art Déco. Une élégante commode de chambre gainée de cuir bleu de Jean Pascaud (1903-1996), intérieur en ébénisterie d'acajou était adjugée 40 000 francs. Une rare et fine commode d'entre deux de forme demi-lune en placage d'ébène de macassar sur une âme d'acajou de Jacques-Emile Ruhlmann (1879-1933) montait à 800 000 francs. Ce modèle créé en 1922 avait été exécuté en 1933. Il est estampillé et porte la mention manuscrite: " Ruhlmann 27, rue de Lisbonne". On attend un prix du même ordre ( estimation de 600 à 800 000 francs ) pour la commode de Marcel-Charles Coard que le cabinet Camard présentera à la vente du 31 mars au 3 avril à l'Hôtel d'Evreux, salle des Tirages, au marteau Me Le Mouel. Il s'agit d'une commode à bâti en bois laqué noir à partie haute sculptée en doucine. Elle s'ouvre à trois tiroirs en sycomore. Les tiroirs et les caissons latéraux sont gainés de parchemin teinté émeraude et soulignés d'un jonc carré saillant laqué noir ceinturé de Bakélite vert jade. Une splendeur.






02/10/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres