monoeilsurlart

Le théâtre, quel emmerdement...

Quel emmerdement le théâtre quand il passe par le filtre des Molière. Peuple de congratulateurs autosélectionnés, de bavards insatiables tentant de faire avaler une piètre prose dont ils sont les auteurs et les seuls à en juger la qualité excellente puisqu'on sent leur sourire béat illuminer leur discours rasoir ( Jean-Claude Dreyfus ) et surtout d'ineffables donneurs de médailles ( à eux mêmes ) et de leçons ( à tout le monde ), admonestant le gouvernement et ses "régressions politiques et sociales"; sifflant le ministre de la culture ( un des rares hommes politiques à les défendre )... voilà comme apparaissent les théâtreux dans cette messe annuelle aussi bien que rébarbative. Le théâtre pourtant est tout autre chose. C'est une fête, c'est une recherche, c'est une invention: Ce sont des créateurs: la lueur dans l'oeil de Laurent Terzieff quand il évoque Jean-Marie Serreau et Roger Blin en témoigne.


26/04/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres