monoeilsurlart

Temps (très) forts à Drouot-Montaigne...

 


C’est la fête pour les yeux à Drouot-Montaigne. Du 4 au 9 novembre, les commissaires-priseurs de Drouot exposent dans leur salle de prestige les plus belles pièces des ventes à venir. Il faut y courir. C’est un des pèlerinages annuels des collectionneurs et amateurs d’art.

 

Pour apprécier  en avant-première et comme en consultant un programme, la richesse de cette manifestation, il suffit de parcourir les 22 pages que lui consacre le numéro 38 de « La Gazette Drouot » qui offre en bonus sa couverture à un magnifique tableau de Cranach l’Ancien,  « La Nymphe de la source » qui sera mis en vente à Drouot-Richelieu, le 7 novembre, par la Société Audap-Mirahaud. L’œuvre, superbe, est estimée de 3 à 4 millions d’€. 

 

Dans les pages de « La Gazette »,  Pierre Soulages (« Composition » de 1946, chez Lombrail-Teucquam) voisine avec Francis Picabia (« Masque ouvert » de 1931, chez Binoche-Giquello) ; Foujita (« Le Marché aux puces, dimanche » chez Cornette de Saint-Cyr) avec un « Mercure » ( dit de Bavay, IIème siècle, chez Pierre Bergé et Associés) ; une paire de vases en porcelaine de Chine, - estimée de 3 à 400 000€-, ou une commode de Cressent –estimée de 350 à 500 000€ - chez PIASA,  trouvent place à côté d’un bureau plat estampillé Montigny –estimé 1 million d’€- chez Europ Auction. Il y a aussi bien enetendu des œuvres contemporaines.  De Andy Warhol,  Yayoï Kusama, Bernard Buffet… 

L’exercice des « Coups de cœur », révélé par « La Gazette » permet à dix personnalités du monde de l’art de choisir l’œuvre qui lui plait le plus intimement parmi celles que les maisons de vente ont retenues. Voici leur palmarès: Fabrice Hergott , directeur du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, a élu un tableau d’Elaine Sturtevant rendant hommage à Martial Raysse (Matthias-Baron-Ribeye et associés) ; Jean-Paul Cluzel, président de la Réunion des musées nationaux et du Grand-Palais, une statue de dignitaire égyptien de la Vème dynastie (Pierre Bergé et Associés) ; Pierre Lellouche, secrétaire d’état chargé du commerce extérieur, un tabouret de camp pliant byzantin du Vème siècle (Marc-Artur Kohn) ; Patrick Poivre d’Arvor, une sculpture de Rodin, « Jeunesse triomphante » (Millon et Associés) ; Christophe Girard,  adjoint « Culture » du maire de Paris, un tableau de Corot (Beaussant-Lefèvre) ; Stéphane Bern, un manuscrit d’Hortense de Beauharnais ( Jean-Marc Delvaux) ; Sandra Mulliez, fondatrice de SAM Art project, une toile d’Utrillo (Beaussant-Lefèvre) ; Pierre-Jean Chalençon, collectionneur napoléonien, un autoportrait de Sacha Guitry (Ader-Nordmann) ; Christian Le Squer, chef étoilé du Pavillon Ledoyen, une sculpture de Yannis Gaïtis (Matthias-Baron-Ribeye et associés) . Cette version du « portrait chinois » en dit sur chacun plus qu’on ne le pense. Et si vous y jouiez vous-même ?

 

Jacques Bouzerand



05/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres